Le stress : comprendre pour mieux vivre

Travaux personnels encadrés Lycée Georges Duby 2014-1015

Le stress : avant tout basé sur la perception des faits

 

 

Le stress est basé avant tout sur la perception des faits. Ainsi, il faut comprendre que ce n’est pas ce qui se passe réellement qui est important, mais la manière dont on perçoit la situation. Revenons à notre idée d’eustress et de distress. Un médecin, John Mason, a conduit une expérience sur deux groupes de singes qui n’avaient pas été nourris pendant une courte période. Dans le premier groupe, les singes étaient seuls alors que dans le second, les singes non nourris pouvaient voir leurs congénères être nourris. Bien que les deux groupes subissaient le même stress physique dû à la faim, ceux qui avaient vu les autres manger avaient sécrété plus d’hormones de stress, et était en situation de distress.

En effet, dans la première situation, les singes n’ont jamais aperçu la nourriture. L'absence de celle-ci veut dire qu’ils n’étaient pas confronté à un désespoir, et donc leurs réflexions n’étaient pas négative. Au contraire, dans la deuxième situation la présence des autres singes engendre une situation de distress.

 

Il est alors important de comprendre que le stress est subjectif, et dépend de l’environnement et de l’état d’esprit. Par conséquent, la manière la plus efficace de lutter contre le stress est avant tout de réussir à relativiser. Nous avons tous des mécanismes différents pour réussir à combattre le stress lorsqu’il devient trop important.

Pour en proposer quelque uns nous avons effectué un sondage au sein de notre classe de 35 élèves en demandant aux élèves comment ils combattent leur stress.  

 

Le sondage avait pour objet :

« Quelles sont vos techniques personnelles pour combattre le stress ? »

Afin d'ouvrir différentes possibilités sur les solutions proposées pour minimiser le stress au cours de notre troisième partie. Au terme de notre sondage, nous avons pu discerner certaines des techniques d’élèves qui sont le plus souvent revenues.

 

Tout d'abord, le principe d'une respiration calme et contrôlée est revenu à maintes reprises. En effet, 11 élèves estiment que face à une situation stressante, il est important pour eux de « respirer lentement et profondément » et de « prendre de grandes inspirations ». La thématique de la respiration fera donc bien partie de notre étude lors de cette troisième partie par son rôle bienfaiteur auprès d'un individu stressé.

 

Ensuite, on retrouve parmi les autres méthodes personnelles, le principe de se focaliser sur des pensées plus positives.

 

En effet, 7 élèves affirment « penser de manière optimiste » et « relativiser » lors d'un épisode de stress.

Une autre technique proposée par plusieurs élèves est celle de la musique. Sept élèves admettent écouter ou bien même pratiquer de la musique afin de combattre efficacement le stress. Ainsi, nous étudierons les bienfaits de la musique chez un individu faisant face à une situation stressante.

Pour 5 autres d'entre eux, il est aussi important de se détendre en « faisant une activité qui leur plaît ». En effet certains font face au stress en regardant la télévision ou en lisant.

Pour d'autres le sport est un moyen efficace de lutter contre le stress. Ainsi nous nous pencherons sur le rôle du sport dans le stress au cours de notre troisième partie, mais également sur les bienfaits de « prendre un bain chaud ».

Enfin deux autres idées ont été émises par certains élèves : « manger » et « dormir ». Dormir serait un bon moyen de ne plus penser à l'objet du stress. Deux autres élèves estiment aussi qu'être organisé dans leur travail et d'être ainsi prêt à l'avance dans leurs révisions par exemple est utile.

 

Au terme de notre étude, le sondage a permis de confirmer les principales idées, des solutions proposées afin de minimiser le stress. Ceci fera l’objet de notre troisième partie. Nous retiendrons comme techniques émises les bienfaits de la respiration que nous associerons aussi avec la méditation, la musique, le sport ainsi qu'un bain chaud. Nous étudierons donc précisément ces idées au cours d'une troisième partie.