Le stress : comprendre pour mieux vivre

Travaux personnels encadrés Lycée Georges Duby 2014-1015

Sondage au sein

du lycée Georges Duby

Nous avons effectué un sondage sur internet que nous avons partagé à l’aide du réseau social Facebook. Le but de ce sondage était de mesurer la part que joue le stress dans la vie lycéenne.

Voici les résultats les plus intéressants de ce sondage :

Question 1.JPGQuestion 2.JPG

Nous constatons  qu’avant un contrôle important plus de 67% estiment leur niveau de stress à 6 ou plus sur une échelle de 1 à 10. Ce niveau de stress semble diminuer lors du contrôle. En effet seulement 43% évaluent leur niveau de stress supérieur à 6. Le stress lié à de l'appréhension est alors plus important que pendant le contrôle lui-même. On pourrait considérer que pour un quart des élèves le danger qu’il anticipait a été assimilé. Le stress diminue donc en intensité.

Question 3.JPGQuestion 5.JPG

Dans le cas d’une prise de parole en public, le pourcentage d'élèves qui décrivent leur niveau de stress supérieur à 6 atteint presque 75%. Cette situation est donc perçue comme une menace chez trois quart des individus. Il est intéressant de comparer ces résultats avec ceux du graphique camembert ci- dessus. Ce graphique nous montre que le pourcentage  est le même pour les individus ne se sentant pas du tout en situation de danger lorsqu’ils sont entourés par une foule importante. Ceci voudrait dire que ce qui stresse les élèves lors de la prise de parole n’est pas leur public mais le fait que l’attention soit portée directement sur eux.

Les avis semblent partagés en ce qui concerne les effets bénéfiques éventuels du stress. En effet le non l’emporte à 55% lorsque l’on a demandé aux élèves s’i ils pensaient que le stress pouvait avoir des effets bénéfiques. Ceci montre bien que l’idée que le stress est purement négatif est répandue dans nos esprits. En effet, nous ne le voyons que comme un facteur pénalisant.


Au cours de notre étude au près d’un échantillon de 75 lycéens, nous nous sommes aperçu que le stress est ressenti à des échelles variées selon les personnes ainsi que selon la situation présente. Nous pouvons retenir qu’une prise de parole devant un public constitue une importante source de stress tandis que lors d’un contrôle les élèves sont plutôt moyennement stressés. D’autres situations comme la présence d’une foule importante ou un retard ne semblent pas occuper une part importante dans le stress du lycéen. Ceci nous montre donc bien que les événements amenant un stress peuvent être différents d’une personne à
une autre et que la caractère stressant d’une certaine situation est perçu différemment selon les individus.

 

Les avis sont très partagés en ce qui concerne la communication par l’entourage et les effets bénéfiques du stress. Nous pouvons donc nous apercevoir que l’idée d’un stress uniquement négatif c’est répandu dans les esprits alors que celui- ci est à l’origine présent dans un but purement conservateur et non pénalisant. A la suite de notre étude nous nous intéresserons donc aux effets bénéfiques du stress.

Le fait qu’un certain nombre d’élèves ne se sentent pas vraiment stressés lors d’un contrôle peut nous amener à penser que ceux-ci se sont adaptés à la récurrence de ces situations stressantes. Ceci peut nous amener à faire un lien avec une expérience menée par des chercheurs au cours de laquelle ils ont mesuré les niveaux d’hormones caractéristiques du stress chez des parachutistes. Ils se sont aperçu que les instructeurs sécrétaient ces hormones 24h avant puisqu’ils savaient à quoi s’attendre contrairement aux étudiants qui eux les sécrétaient le jour même ne sachant pas ce qui les attendait.

 

Question 4.JPGQuestion 6.JPGQuestion 8.JPG

Etrangement, le fait d’arriver en retard ne consiste pas en une grande source de stress. Les élèves semblent s’être adaptés au fait qu’ils peuvent arriver en retard. 78,7 % des individus ne décrivent pas cette situation comme « largement stressante » alors que nous avons vu que plus de 67% d’élèves sont stressés avant un contrôle. Le fait d’être jugé sur ses capacités intellectuelles représente plus un danger d’échec pour les élèves que le fait d’être mal vu par leurs professeurs.  Ceci montre l’importante source de stress qu’est l’évaluation dans les établissements scolaires.

Il n’y a pas de tendance significative qui ressort lors de la question de stress communicatif. Il semblerait qu’il y ait autant de personnes légèrement stressées lorsque leur entourage l’est que de personnes très stressées et nullement stressées.

Ce résultat nous parait surprenant, mais vu les données nous ne pouvons donc pas tirer de conclusion claire sur cet aspect : il semblerait que la capacité de stress reste différente d’une personne à l’autre.