Le stress : comprendre pour mieux vivre

Travaux personnels encadrés Lycée Georges Duby 2014-1015

Alors, pour comprendre comment fonctionne le stress il faudrait tout d’abord assimiler le fonctionnement de notre cerveau et sa perception des faits. Notre cerveau est un organe très complexe, il est néanmoins possible de simplifier son fonctionnement pour l’expliquer. Pour cela, faisons un saut dans le temps.

A l’origine de l’apparition des espèces c’est tout d’abord les reptiles qui ont vu le jour il y a environ 300 millions d’années. Ces reptiles fonctionnaient sur un mode de fuite ou d’attaque. 100 millions d’années plus tard les mammifères sont apparus, avec un nouvel aspect : l’aspect émotionnel. Enfin, il y a environ 250 000 ans apparaît l’homme de Néandertal puis l’Homo sapiens - sapiens. Avec cette apparition vient le développement des capacités de raisonnement et d’analyse. Ce sont aujourd’hui ces capacités- là qui nous différencient des autres espèces.

Il est plus facile maintenant de comprendre l’origine des trois niveaux de notre cerveau : le cerveau reptilien, le systeme limbique et le cortex frontal (illustration ci-dessous).

14_img01.jpg

Le cerveau triunique

Le cerveau reptilien est le cerveau des automatismes, de la survie. C’est lui qui nous maintient en vie et il est le siège des fonctions vitales : la fuite, le plaisir et la peur. Ce cerveau est rapide, et son temps de réaction est quasiment instantané. Néanmoins, ce cerveau qui est engagé dans notre survie est souvent poussé à voir les choses de manière pessimiste. Il a besoin de repères et agit de manière individualiste. C’est le siège de l’instinct.

Le système limbique lui gère l’intelligence émotionnelle. Cette partie du cerveau s’occupe de nos émotions et de notre mémoire. Il est non seulement capable de percevoir nos émotions et de les exprimer mais peut également percevoir et comprendre les émotions de ce qui l’entoure. C’est le siège de l’émotion.

Le cortex préfrontal gère l’intelligence supérieure. C’est là que se développe notre raisonnement. Il nous permet de faire des rapprochements entre des éléments distincts, de les comparer et de synthétiser. C’est grâce à cette partie du cerveau que nous pouvons analyser des situations. C’est le siège du raisonnement.

Ces trois étages du cerveau nous expliquent pourquoi le stress intervient non seulement au niveau de notre instinct mais aussi au niveau de nos émotions et notre raisonnement.